Cross-border e-commerce : j’achète dans ma propre langue

Une étude réalisée par eBay a tiré des conclusions très claires concernant l’avenir du e-commerce. Les ventes cross-border e-commerce seront la nouvelle norme dans le secteur, représentant un tiers des ventes mondiales d’ici 2020. Mais ce n’est pas tout. Ce chiffre devrait tripler au cours des quatre années suivantes.

Les professionnels du secteur doivent garder cela à l’esprit. Il existe un grand nombre de consommateurs prêts à chercher le produit souhaité au-delà de leurs frontières. Mais à n’importe quel prix ? Bien évidemment non !

 

Cross-border e-commerce : je n’achète pas dans une autre langue

Lorsqu’un client potentiel décide ou non d’acheter, deux facteurs entrent en ligne de compte : la langue et la devise utilisée pour la transaction.

Il n’est pas surprenant que 56 % des utilisateurs n’achètent pas un produit dont la description est uniquement dans une langue autre que la leur (plusieurs études le démontrent).

De même, 86 % des britanniques ou 57 % des allemands refuseraient d’acheter un produit qui n’est vendu qu’en dollars américains.

 

Le présent et l’avenir du e-commerce transfrontalier

Mais qu’est-ce que nous montrent réellement ces chiffres ?

Tout d’abord, ils mettent en évidence certains éléments auxquels les consommateurs sont le plus souvent attentifs lorsqu’ils effectuent un achat en ligne.

Ils indiquent aussi clairement aux professionnels du secteur e-commerce où ces derniers doivent concentrer leurs efforts pour vendre en dehors de leurs frontières naturelles, en comprenant que celles-ci coïncident avec les frontières géographiques, ce qui ne devrait pas être le cas.

Les données fournies par une étude réalisée par le groupe Idealo en utilisant leurs meilleurs sites web comme sujets nous remontent le moral. En effet, croyez-le ou non, l’Espagne est en tête du classement européen en ce qui concerne le pourcentage de sites web qui offrent des informations sur leurs produits dans plus d’une langue, c’est-à-dire en cross-border e-commerce.

Il en va de même pour les devises, 18 % du e-commerce espagnol présent dans l’étude offrent la possibilité d’acheter dans une devise autre que l’euro. Il s’agit d’un pourcentage très faible, certes, mais tout aussi élevé que celui des autres pays présents dans l’étude.

 

Le succès du cross-border e-commerce : conseils linguistiques et culturels

Une fois de plus, l’importance d’un service assistance est fondamental, aussi bien sur le plan technique que culturel et linguistique, lorsqu’il s’agit d’internationaliser un e-commerce ou de l’adapter à l’avenir du secteur. Et ce n’est pas nous, expert dans ce domaine, qui allons vous dire le contraire.

En tant que professionnels des services d’internationalisation pour e-commerce, nous savons que le travail de ce secteur est continu et les possibilités de développement presque illimitées. Peu à peu, l’ère de la langue véhiculaire commerciale disparaît, et l’expansion se traduit par la localisation.

Contactez-nous et nous serons heureux de parler de votre projet crossborder e-commerce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POSTS RELACIONADOS

+ Ver todas las publicaciones