Le langage sur les réseaux sociaux : Erreurs ou nouvel usage ?

Le langage sur les réseaux sociaux est un sujet de conversation récurrent. Notre façon de nous exprimer sur ces nouvelles plateformes est très souvent source de réflexions. Il est fréquent d’entendre dire que le mauvais usage du langage sur les réseaux sociaux est permanent. Mais, est-ce réel ? Sommes-nous en train de détériorer notre moyen d’expression le plus riche, l’écriture, à cause d’Internet ? 

L’expression écrite

Nous devons prendre conscience de la nouveauté que représente Internet dans notre réalité linguistique. Ce qu’il faut retenir : le langage sur les réseaux sociaux est évidemment un langage écrit. Aujourd’hui n’importe qui peut écrire pour le grand public (qu’il soit large ou non, c’est un autre débat).

Si l’on se réfère à quelques années en arrière, la visibilité de l’écriture était bien moindre. Pour voir ce qu’écrivait une personne ordinaire, qui n’avait pas le privilège de s’adresser publiquement, il fallait par exemple trouver son journal intime ou lire une petite annonce publiée dans le journal.

 

Caractéristiques du langage sur les réseaux sociaux

Outre son caractère novateur, le type d’écriture que l’on retrouve sur les réseaux sociaux est totalement différent ; il est imprégné d’oralité.

Nous échangeons par chats dont la dynamique ressemble plutôt à celle d’une conversation avec un voisin qu’à un dialogue tiré d’un livre. Et cela se répercute à d’autres niveaux : nous commentons des publications tout en discutant dans un chat, et le style déteint, car il nous est difficile de faire la différence.

Qui relit un commentaire qu’il publie sur Facebook ? Peu de gens utilisent des correcteurs d’orthographe pour vérifier que le commentaire qu’ils publient sur Facebook est bien écrit . En somme, le langage que nous utilisons sur les réseaux sociaux est le langage écrit qui se rapproche le plus du langage parlé.

 

 

Les registres de langue et le langage sur les réseaux sociaux

Ce sujet nous permet de soulever un autre point. Nous faisons face aujourd’hui à une nouvelle réalité : le texte écrit est destiné à un usage public et est proche du langage parlé. Il convient donc de considérer que les caractéristiques du langage utilisé sur les réseaux sociaux sont différentes :

  • Sur Internet, les gens écrivent presque instantanément, en utilisant les chats. Il n’y a pas de réflexion préalable à l’envoi du message au public. Résultat : nous essayons d’utiliser le moins de ponctuation possible et nous commettons des erreurs dues au manque de relecture.
  • N’importe qui, quel que soit son niveau d’éducation, peut écrire publiquement sur Internet.
  • Certaines plateformes, comme Twitter, limitent  le nombre de caractères.
  • Qu’il s’agisse d’un chat, d’un commentaire sur Facebook ou d’un article d’opinion, le type d’écriture diffère.

Tout cela nous amène à penser qu’il existe de nouveaux registres de langue à l’écrit. Notre façon de parler varie selon le contexte : une discussion dans un bar est différente d’un exposé sur un sujet technique, n’est-ce pas ? Et bien cette différence peut être transposée au langage écrit que l’on retrouve sur les réseaux sociaux.

 

Un nouveau registre écrit familier ?

Jusqu’à présent, le langage écrit n’avait pas été utilisé dans un contexte familier et quotidien (à l’exception des notes laissées sur la table de la cuisine).

Notre façon de parler avec notre famille ou nos amis, sur un ton léger, est truffée d’erreurs et d’expressions familières. Et c’est ce qui arrive lorsque nous sommes sur les réseaux sociaux.

Le langage sur les réseaux sociaux a changé notre façon de nous exprimer : le langage écrit n’avait jamais semblé aussi proche du langage parlé, et il n’a jamais été aussi facile pour le grand public d’écrire.

Nous percevons les réseaux sociaux comme un espace informel qui nous permet de communiquer avec la famille et les amis. Nous ne prêtons pas vraiment attention aux fautes d’orthographe et utilisons la langue de façon informelle, en employant par exemple des abréviations.

Ce qui pose problème c’est qu’il n’y a qu’une mince frontière entre nos conversations privées, familières, et le contenu destiné au grand public : un commentaire sur une page Instagram est visible par des millions de personnes qui ne nous connaissent pas. Et nombreux sont ceux qui ne s’expriment pas correctement sur ces plateformes.

Chez Ontranslation nous pensons que la solution passe par l’enseignement de deux aspects : la vie privée, c’est-à-dire à qui nous montrons nos messages, et la compréhension du contexte, le moment où nous pouvons être familiers.

 

Le langage sur les réseaux sociaux a changé notre façon de nous exprimer

Le langage écrit n’avait jamais semblé aussi proche du langage parlé, et il n’a jamais été aussi facile pour quiconque d’écrire pour le grand public.

Nous devons prendre conscience de la nouveauté afin de bien la gérer. Nous pourrons ainsi vendre sur Internet,  en adaptant notre contenu sur les réseaux sociaux à d’autres marchés.

Vous avez besoin d’aide pour traduire du contenu pour des profils de réseaux sociaux internationaux ? Contactez-nous, nous sommes là pour vous aider.

À propos de l'auteur

Oscar Nogueras

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES ASSOCIÉS

+ Voir toutes les publications